18 moyens scientifiques pour réduire la faim et l'appétit

Pour perdre du poids, vous devez généralement réduire votre apport calorique quotidien.

Malheureusement, les régimes amaigrissants entraînent souvent une augmentation de l'appétit et une grave faim.

Cela peut rendre extrêmement difficile de perdre du poids et le garder au large.

Voici une liste de 18 moyens scientifiques pour réduire la faim et l’appétit:

Ajouter plus de protéines à votre alimentation peut augmenter les sentiments de plénitude, vous faire manger moins lors de votre prochain repas et vous aider à perdre de la graisse (1, 2).

Par exemple, une étude de perte de poids a comparé deux petits déjeuners identiques en calories: l'un composé d'œufs et l'autre de bagels.

Les participants au petit-déjeuner aux œufs ont perdu 65% de poids en plus et 16% de graisse en plus au cours de la période d'étude de huit semaines (3).

En outre, un apport élevé en protéines peut aider à prévenir la perte musculaire lorsque les calories quotidiennes sont réduites pour la perte de poids (4).

Faire des protéines d'environ 20-30% de votre apport calorique total, ou 0,45-0,55 g / lb de poids corporel (1,0-1,2 g / kg), semble suffisant pour fournir les avantages (4).

Bottom Line: Obtenir suffisamment de protéines dans votre alimentation peut aider à promouvoir la perte de poids, en partie en diminuant votre appétit.

Un apport élevé en fibres tend l'estomac, ralentit sa vidange et influence la libération des hormones de la plénitude (5, 6).

De plus, les fibres peuvent fermenter dans l'intestin. Cela produit des acides gras à chaîne courte, pensés pour aider à promouvoir des sensations de satiété (7, 8).

En fait, une revue récente rapporte que l'ajout de haricots, de pois, de pois chiches et de lentilles riches en fibres à votre repas peut augmenter la sensation de plénitude de 31%, comparativement aux repas équivalents qui ne sont pas à base de haricots (9).

Les grains entiers riches en fibres peuvent aussi aider à réduire la faim et à rester rassasié (7).

Manger un supplément de 14 grammes de fibres par jour peut réduire votre apport calorique jusqu'à 10%. Sur une période de 3,8 mois, cela pourrait entraîner une perte de 1,9 kg (4,2 lb) (10).

Cependant, des études plus récentes observent des effets moins dramatiques. Cela peut avoir à voir avec les différents types de fibres étudiées (11, 12).

Des types de fibres plus visqueuses comme les pectines, les bêta-glucanes et la gomme de guar semblent plus riches en fibres que les types de fibres moins visqueux (12, 13, 14).

De plus, peu d’effets négatifs ont été associés aux régimes riches en fibres. Les aliments riches en fibres contiennent souvent de nombreux autres nutriments bénéfiques, notamment des vitamines, des minéraux, des antioxydants et des composés végétaux utiles (11, 12).

Par conséquent, opter pour un régime contenant suffisamment de fruits, légumes, haricots, noix et graines peut également favoriser la santé à long terme.

Bottom Line: Manger un régime riche en fibres peut diminuer la faim et vous aider à manger moins de calories. Il peut également promouvoir la santé à long terme.

Les calories solides et les calories liquides peuvent affecter l'appétit différemment.

Une étude récente a révélé que, comparativement à une collation solide, les personnes qui prenaient une collation liquide étaient 38% moins susceptibles de compenser en mangeant moins au prochain repas (15).

Dans une deuxième étude, les participants ayant reçu une collation semi-solide ont déclaré avoir moins faim, moins envie de manger et plus de sensation de satiété que ceux nourris avec une collation liquide (16).

Les solides nécessitent plus de mâcher, ce qui peut accorder plus de temps pour que le signal de plénitude atteigne le cerveau (17).

Les scientifiques croient également que le temps de mastication supplémentaire permet aux solides de rester en contact plus longtemps avec les papilles gustatives, ce qui peut également favoriser une sensation de satiété (18).

Bottom Line: Manger vos calories plutôt que de les boire peut vous aider à manger moins sans se sentir plus faim.

Le café a de nombreux avantages pour la santé et la performance sportive - et peut également aider à diminuer votre appétit.

La recherche montre que le café augmente la libération du peptide YY (PYY). Cette hormone est produite dans l'intestin en réponse à l'alimentation et favorise une sensation de satiété (19, 20).

Les scientifiques croient que les niveaux de PYY jouent un rôle important dans la détermination de ce que vous êtes susceptible de manger (21).

Fait intéressant, le café décaféiné peut produire la plus forte réduction de la faim, avec des effets qui durent jusqu'à trois heures après la consommation (19).

Cependant, d'autres études sont nécessaires pour déterminer exactement comment cela fonctionne.

Bottom Line: Boire du café, en particulier décaféiné, pourrait aider à réduire la faim jusqu'à trois heures.

L'eau potable peut aider à diminuer la faim que vous ressentez avant les repas.

Il peut également augmenter le sentiment de satiété après un repas et favoriser la perte de poids (22).

En effet, des études montrent que les personnes qui boivent deux verres d'eau immédiatement avant un repas mangent 22% de moins que celles qui ne boivent pas d'eau (23).

Les scientifiques croient qu'environ 17 oz (500 ml) d'eau suffisent à étirer suffisamment l'estomac pour envoyer des signaux de plénitude au cerveau (23).

Cela dit, l'eau est également connue pour se vider rapidement de l'estomac. Pour que cette astuce fonctionne, il est préférable de boire l'eau le plus près possible du repas.

Fait intéressant, commencer votre repas avec de la soupe peut agir de la même manière.

Les chercheurs ont observé que manger un bol de soupe juste avant un repas diminuait la faim et réduisait l'apport calorique total d'environ 100 calories (24).

Bottom Line: Boire des liquides à faible teneur en calories avant un repas peut vous aider à manger moins de calories sans vous laisser faim.

Dans des conditions normales, votre cerveau sait si vous avez faim ou si vous avez faim.

Cependant, manger rapidement ou pendant que vous êtes distrait peut rendre votre cerveau plus difficile à reconnaître ces signaux.

Résolvez ce problème en éliminant les distractions et en vous concentrant sur les aliments devant vous - un aspect clé de l'alimentation consciente.

La recherche montre que pratiquer la pleine conscience pendant les repas peut aider les gens à ressentir plus de plaisir en mangeant. Cela peut aider à garder le cap sur la qualité plutôt que sur la quantité, et réduit le comportement de consommation excessive de nourriture (25).

Il semble aussi y avoir un lien entre la faim, la plénitude et ce que vos yeux voient.

Une expérience a offert deux milk-shakes identiques aux participants. L'un était appelé «indulgence 620 calories», tandis que l'autre recevait une étiquette «120 calories».

Bien que les deux groupes aient consommé la même quantité de calories, les niveaux d'hormones de la faim ont chuté davantage pour ceux qui croyaient avoir bu la boisson «indulgente» (26).

Croire qu'une boisson contient plus de calories peut également activer les zones cérébrales liées au sentiment de plénitude (27).

Votre sentiment de plénitude peut être influencé par ce que vous voyez, et prêter attention à ce que vous mangez peut être très bénéfique.

Bottom Line: Manger en pleine conscience a été montré pour réduire la faim et augmenter le sentiment de satiété. Il peut également réduire l'apport calorique et aider à prévenir les crises de boulimie.

L'amertume du chocolat noir est censée aider à diminuer l'appétit et à diminuer les envies de sucreries (28).

Les chercheurs croient également que l'acide stéarique contenu dans le chocolat noir peut aider à ralentir la digestion, ce qui accroît encore le sentiment de satiété (29, 30).

Fait intéressant, le simple fait de sentir cette friandise pourrait produire le même effet.

Une étude a observé que le simple fait de sentir 85% de chocolat noir diminuait autant l’appétit que la faim (31).

Néanmoins, d'autres études sont nécessaires pour examiner les effets du chocolat noir sur les sentiments de satiété.

Bottom Line: Manger ou même simplement sentir le chocolat noir peut aider à diminuer l'appétit et les envies de sucreries.

Le gingembre a été associé à de nombreux avantages pour la santé. Ceux-ci incluent des réductions dans la nausée, la douleur de muscle, l'inflammation et les niveaux de sucre de sang (32, 33, 34, 35).

Fait intéressant, la recherche récente ajoute un autre avantage à la liste: la réduction de la faim.

Une étude a révélé que la consommation de 2 grammes de poudre de gingembre diluée dans de l'eau chaude au déjeuner réduisait la sensation de faim ressentie par les participants après le repas (36).

Cependant, cette étude était petite et plus de recherche chez les humains est nécessaire avant que des conclusions solides peuvent être atteintes.

Bottom Line: Ginger peut aider à diminuer les sentiments de faim, mais d'autres recherches sont nécessaires pour confirmer cet effet.

Le gingembre n'est peut-être pas la seule épice qui réduit la faim.

Une revue récente a examiné les effets de la capsaïcine, trouvée dans les piments forts, et du capsiate, trouvés dans les poivrons.

Il a constaté que ces composés peuvent aider à diminuer la faim et augmenter le sentiment de satiété (37).

De plus, la capacité de ces composés à générer de la chaleur peut également augmenter le nombre de calories brûlées après un repas (37).

Cependant, ces effets n'ont pas été observés dans toutes les études et restent faibles. En outre, les personnes qui mangent ces aliments peuvent souvent développer une tolérance aux effets.

Bottom Line: Les composés trouvés dans les poivrons chauds et les poivrons peuvent aider à réduire la faim et augmenter la plénitude, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Réduire la taille de votre vaisselle peut vous aider à réduire inconsciemment vos portions de repas. Ceci est susceptible de vous aider à consommer moins de nourriture sans vous sentir privé (38).

Fait intéressant, cet effet peut tromper même le mangeur le plus conscient.

Par exemple, une étude a montré que même des experts en nutrition se sont inconsciemment servi 31% de plus de crème glacée avec des bols plus gros (39).

Une autre étude a en outre indiqué que les participants qui se servaient eux-mêmes des collations à partir de gros bols avaient mangé 142 calories de plus que ceux qui mangeaient dans des bols plus petits (40).

Bottom Line: Manger de plus petites assiettes peut vous aider inconsciemment à manger moins sans augmenter votre sentiment de faim.

La taille de vos ustensiles de cuisine peut avoir des effets dramatiques sur la quantité de nourriture dont vous avez besoin pour vous sentir rassasié.

Une étude a observé que les participants qui utilisaient des fourchettes plus grandes mangeaient 10% de moins que ceux qui mangeaient leurs repas avec une fourchette plus petite (41).

Les chercheurs ont spéculé que les petites fourchettes peuvent donner aux gens le sentiment qu'ils ne font pas beaucoup de progrès dans la satisfaction de leur faim, les amenant à manger plus.

Fait à noter, cet effet ne semble pas s'appliquer à la taille de tous les ustensiles. De plus grandes cuillères de service peuvent augmenter la nourriture consommée à un repas jusqu'à 14,5% (39).

Bottom Line: Utilisation de plus grandes fourches peuvent aider à diminuer la quantité de nourriture nécessaire avant d'atteindre la plénitude.

On pense que l'exercice réduit l'activation des régions du cerveau liées aux fringales, ce qui peut réduire la motivation à manger (42).

Il peut également réduire les niveaux d'hormones de la faim, tout en augmentant les sentiments de plénitude (43).

Les recherches montrent que les exercices aérobiques et les exercices de résistance sont tout aussi efficaces pour influencer les niveaux d'hormones et la taille d'un repas consommé après l'exercice (44).

Bottom Line: Les deux exercices aérobiques et de résistance peuvent aider à augmenter les hormones de plénitude et conduire à une réduction de la faim et l'apport calorique.

Le neuropeptide Y (NPY) est une hormone qui influence l'appétit et l'équilibre énergétique.

On croit que des niveaux plus élevés de NPY augmentent l'appétit et peuvent même changer le pourcentage de calories que vous stockez en tant que graisse (45).

Fait intéressant, les chercheurs ont découvert que la graisse corporelle, en particulier le type que l'on trouve autour de vos organes, pouvait augmenter la production de NPY (46, 47, 48).

Pour cette raison, perdre du poids autour de votre taille peut aider à réduire votre appétit et votre faim.

Obtenir suffisamment de sommeil de qualité peut également aider à réduire la faim et à protéger contre le gain de poids.

Des études montrent que trop peu de sommeil peut augmenter la faim et l'appétit de près de 24% et diminuer les taux de certaines hormones de saturation jusqu'à 26% (49, 50).

La recherche montre également que les personnes qui dorment moins de sept heures par nuit évaluent leur taux de plénitude après le déjeuner à 26% moins (51).

Il convient de noter que plusieurs études établissent également un lien entre le sommeil de courte durée, généralement défini comme moins de six heures par nuit, et le risque d'obésité pouvant aller jusqu'à 55% (52, 53, 54, 55, 56).

Bottom Line: Obtenir au moins sept heures de sommeil par nuit est susceptible de réduire votre niveau de faim tout au long de la journée.

L'excès de stress est connu pour augmenter les niveaux de l'hormone cortisol.

Bien que les effets puissent varier d'un individu à l'autre, on pense généralement que le taux élevé de cortisol augmente les fringales et la tendance à manger (57, 58, 59, 60).

Le stress peut également diminuer les niveaux de peptide YY (PYY), une hormone de plénitude (61).

Dans une expérience récente, les participants ont consommé en moyenne 22% de calories en plus après un test stressant par rapport à une version non stressante du même test (62).

Trouver des moyens de réduire votre niveau de stress peut non seulement aider à réduire la faim, mais aussi réduire votre risque d'obésité et de dépression (63, 64, 65).

Bottom Line: Réduire votre niveau de stress peut aider à diminuer les fringales, augmenter la plénitude et même protéger contre la dépression et l'obésité.

Les acides gras oméga-3, en particulier ceux qui se trouvent dans les huiles de poisson et d'algues, ont la capacité d'augmenter les niveaux de l'hormone de plénitude leptine (66).

Une alimentation riche en acides gras oméga-3 peut également augmenter la plénitude après les repas lorsque les calories sont limitées pour la perte de poids (67).

Jusqu'à présent, ces effets ont été observés uniquement chez les participants en surpoids et obèses. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour voir si la même chose s'applique aux personnes maigres.

Bottom Line: Les acides gras oméga-3 peuvent aider à réduire la faim pour les personnes en surpoids et obèses. Cependant, plus de recherche est nécessaire chez les individus maigres.

Snacking est une question de choix personnel.

Si cela fait partie de votre routine quotidienne, vous pouvez choisir des collations riches en protéines plutôt qu'en gras.

Les collations riches en protéines peuvent augmenter la sensation de plénitude et diminuer l'apport calorique total au repas suivant.

Par exemple, un yaourt à haute teneur en protéines réduit la faim plus efficacement que les craquelins riches en matières grasses ou une collation riche en chocolat (68).

Le yaourt à haute teneur en protéines consommé l'après-midi peut également vous aider à manger environ 100 calories de moins au dîner, comparativement aux deux autres options (68, 69).

Bottom Line: Manger une collation riche en protéines va probablement diminuer la faim et peut vous empêcher de trop manger lors de votre prochain repas.

Selon certains chercheurs, s'imaginer se livrer aux aliments dont vous avez le plus envie peut diminuer votre désir de les manger.

Dans une expérience, 51 participants ont d'abord imaginé manger trois ou 33 M & Ms avant d'avoir accès à un bol de bonbons. Ceux qui imaginaient manger plus de M & Ms mangeaient 60% moins de bonbons, en moyenne (70).

Les chercheurs ont trouvé le même effet lorsqu'ils ont répété l'expérience en utilisant du fromage au lieu de M & Ms (70).

Il semble que l'exercice de visualisation puisse amener votre esprit à croire que vous avez déjà mangé les aliments désirés, ce qui réduit considérablement votre envie de les manger.

Bottom Line: Visualiser vous-même manger les aliments dont vous avez envie peut réduire votre désir de les manger.

La faim est un signal important et naturel qui ne doit pas être ignoré.

Les conseils mentionnés ici ne sont que quelques moyens simples pour réduire votre appétit et votre faim entre les repas.

Si vous avez essayé ces choses, mais que vous avez toujours trop faim, envisagez de parler à un professionnel de la santé de vos options.

18 moyens scientifiques pour réduire la faim et l'appétit

Photo par charliebarker

La semaine dernière, j'ai reçu un commentaire sur un ancien article de blog qui m'a vraiment pris au dépourvu. Le post était à propos de 9 astuces simples pour mieux manger et Kelsey, un converti gastronomique récent, avait l'un des problèmes les plus étranges que j'aie jamais entendu après avoir appliqué certains des conseils.

Au cours des dernières semaines, j'ai suivi les directives de Darys en matière d'alimentation consciente:

4. Placez votre fourchette entre chaque bouchée
6. Essayez d'identifier chaque ingrédient de votre repas
7. Mettez votre nourriture dans une assiette
8. Asseyez-vous à une table

Je n'ai pas mangé un seul repas avec ceux-ci et par conséquent mon alimentation est devenue beaucoup plus lente, beaucoup plus consciente et beaucoup, beaucoup plus contrôlée.

Le problème? est (et je ne sais pas si c'est même juste de l'appeler un problème, mais cela me rend triste) que je n'ai pas ressenti la FAIM en jours.

Ce qui m'a le plus frappé et qui a continué à me hanter pour le reste de la journée, c'est son utilisation du mot «triste». Les gastronomes ne sont pas tristes. Être un gastronome devrait rendre la vie plus agréable en vous aidant à être en bonne santé tout en mangeant des aliments que vous aimez et sans souffrir de la douleur et de la faim.

Kelsey semblait avoir accompli ces objectifs, elle a déjà perdu huit livres et ne souffre manifestement pas de privation, mais elle était déçue de ne pas se sentir aussi excité de manger comme elle avait quand elle mangeait plus.

Tout ce que je sais, c'est que lorsque je me lève le matin, je suis heureux de prendre le petit-déjeuner, mais je n'ai pas faim. A l'heure du déjeuner, je dois me rappeler de manger. Et le dîner, je suis arrivé au point où un verre de vin et une poignée de baies ou de frites de chou frisé sont tout ce que j'ai de la place pour. C’est fou pour moi parce que j’ai toujours été une personne qui aimait dîner et fouiller avec zèle dans un bol de pâtes géant.

Elle a avoué d'emblée que la plupart des gens ne considéraient pas cela comme un problème, mais pour elle, cela rendait la vie légèrement moins impressionnante. Et en tant que force de ralliement derrière le mouvement alimentaire, je me suis senti responsable.

Mon hypothèse initiale était que le corps et le cerveau de Kelsey étaient toujours en train de s’adapter à ses nouvelles habitudes et que le problème se résoudrait avec le temps, mais cette hypothèse ne me semblait pas juste. Je n'ai jamais rien vécu de ce qu'elle décrivait. Ce qu'elle a dit manger pour le petit déjeuner et le déjeuner semblait très similaire à ce que je mangeais, mais j'ai toujours faim et je suis excitée pour le dîner. J'ai réalisé qu'il ne pouvait y avoir qu'une autre explication: elle mangeait toujours trop.

Je suis retourné et j'ai regardé à nouveau la description de sa nourriture. Bien sûr, ses portions pour le petit-déjeuner et le déjeuner étaient plus du double de ce que je mangeais et je mange facilement 2 000 calories par jour. Pas étonnant qu'elle n'ait pas faim pour le dîner.

Je lui ai gentiment suggéré de vérifier ses portions, puis de faire un suivi quelques jours plus tard et de demander comment les choses se passaient. Elle dit le mieux:

Donc, en réduisant mes portions, j'ai définitivement rétabli mon appétit à l'heure du dîner. Et c'était étonnamment facile (et se sentait un peu bizarre!).

J'ai été surpris de constater que votre recommandation d'une demi-tasse de muesli avec juste un peu de lait de noix me retient complètement jusqu'à ce que l'heure du déjeuner soit ma nouvelle routine matinale.

Mes déjeuners sont devenus un peu plus légers, auparavant je suivais en quelque sorte un modèle de "demi-assiette de légumes, une assiette de protéines", une assiette de grains intacts ", mais depuis que je me suis penché mon appétit tout au long de la journée, je trouve que je suis beaucoup plus à l'aise après avoir mangé un repas de légumes (généralement hachés avec de l'huile, du vinaigre, des herbes et des noix et des graines ou du poulet). Si je suis vaguement ce plan (ce qui est facile car ça fait du bien), j'ai un appétit pour le dîner! (Mais je suis loin d'être «affamé»).

Et je ne renverse pas un bol géant de pad thai ou de spaghetti pour le dîner, que je faisais la plupart des soirs (un peu gêné de l'admettre). Au lieu de cela, je mange des repas simples et complets.

Il y a quelques raisons pour lesquelles c'est fascinant. Tout d'abord, Kelsey avait déjà réduit considérablement ses portions lorsqu'elle a commencé à adopter de nouvelles habitudes alimentaires. En mangeant plus lentement et en mâchant plus, son corps était capable de se rendre compte qu'il en fallait encore moins qu'elle ne le pensait et elle réduisait naturellement sa consommation alimentaire. C'est assez incroyable quand on y pense. Même une personne qui aime manger et manger (c.-à-d. Une gastronome) n'a pas pu manger plus que nécessaire en une journée lorsqu'elle pratiquait des habitudes alimentaires conscientes. Prendre cette volonté. Qui a besoin de toi, de toute façon?

L'histoire de Kelsey illustre également les habitudes de consommation par rapport à nos portions normales. Les portions de nourriture américaines sont énormes, mais nous ne le voyons pas de cette façon. Nous le voyons comme normal. Ce n'est pas parce que nous sommes des gourmands, c'est parce que nous (comme tous les humains) sommes des créatures d'habitude. La chose importante à réaliser est que la réduction des portions, même lorsque vous n'avez pas faim, n'est pas une réaction normale et nécessite un effort conscient jusqu'à ce que de nouvelles habitudes se développent. C'est facile à faire, surtout quand vous mangez de manière consciente et réduisez votre appétit, mais cela ne se fera pas tout seul. Acheter des assiettes plus petites ou mesurer des portions de nourriture pendant un certain temps pour voir à quoi elles sont censées ressembler peut aider à cela.

Quelques autres avantages ont également émergé de la nouvelle conscience de Kelsey. Elle a été surprise de constater que ses envies de pâtes et de céréales pendant la vie avaient pratiquement disparu.

Une autre chose surprenante a été de constater que je n'avais pas les envies de céréales et de féculents que j'avais auparavant. J'aime mon petit déjeuner muesli, mais je n'ai pas vraiment besoin de beaucoup de grains pour le reste de la journée.J'aime une petite quantité de grains (intacts) de jour en jour, mais pas beaucoup, et les "fringales" sont pratiquement inexistantes à ce stade.

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que les problèmes digestifs avec lesquels elle avait lutté toute sa vie ont disparu.

Je suis ravi de trouver quel effet bénéfique il a eu sur mon système digestif. J'ai lutté avec mon intestin pendant des années et je ne prends plus de lactose ni de gluten depuis longtemps, mais je pense que manger en pleine conscience, réduire les portions / mâcher / tout ce qui précède a été décisif. Je me sens bien. Plus besoin de me serrer le ventre sur le canapé en position fœtale !!

Elle a également trouvé plus facile et plus gratifiant de manger sans les distractions de la télévision, de la radio et d'Internet.

Pendant que je m'assurais de poser ma fourchette entre deux bouchées, de bien mâcher, d'utiliser une assiette et de m'asseoir à une table, je n'ai pas fait d'effort pour éteindre la télévision / radio / musique / podcast /tout ce que j'ai mangé. Je pensais que ce serait trop difficile de manger sans aucune distraction, pour une raison quelconque. Mais dernièrement, si j'essaie de manger devant la télé ou quelque chose, je me trouve à penser "Jeez, ce spectacle est un peu gênant pour mon dîner!" Je considère plutôt chaque bouchée et apprécie mon repas lentement. Donc, pour la première fois, je commence à ÉTEINDRE LE BRUIT quand je mange.

Enfin, Kelsey m'a mentionné quelque chose que j'ai trouvé particulièrement poignant. En tant que jeune femme qui avait passé une grande partie de sa vie aux prises avec des problèmes de nourriture et d’image corporelle, mais avait abandonné ces obsessions au cours des dernières années et se sentait à l'aise dans sa peau, à la nourriture à nouveau.

J'ai fait le comptage strict des calories, j'ai fait des nettoyages bizarres, je me suis affamé, j'ai été irrité, j'ai été incroyablement obsédé par mon poids et mon corps. Depuis que j'ai emménagé avec mon petit ami il y a deux ans, je me suis senti de plus en plus à l'aise avec moi-même. Il a été la force de soutien qui m'a accepté à toutes les tailles et m'a aidé à réaliser que je pouvais m'aimer. Donc, je suis vraiment arrivé à un endroit où je me sentais bien dans ma peau. Mais je gagnais aussi un poids de 25 livres en deux ans que nous vivions ensemble. Le poids supplémentaire ne causait pas la culpabilité et l'anxiété dont je me souvenais du collège et du lycée. Mais cela me signalait que je devais examiner mes pratiques.

Je m'intéressais à l'idée de manger en pleine conscience, mais j'en avais aussi peur. Je ne savais pas combien de confiance en moi dépendait des habitudes que j'avais adoptées. Cela semble étrange, mais la simple idée de prêter attention à la nourriture me rendait un peu panique. Je suis déjà passé de cette mangeuse restrictive, obsédée par l'alimentation, à une personne heureuse qui ne s'est pas affamée. Et si je retombais dans mes vieilles habitudes de restriction? J'étais dans une bulle de suralimentation.

Sachant combien la vie est meilleure sans obsession alimentaire, je peux comprendre le dilemme de Kelsey. Je sais de première main à quel point ça fait du bien d'être libéré de la tyrannie des régimes que de simplement être mince. Je pense que sa peur était saine, mais je suis ravie qu'elle ait réalisé la différence énorme entre être conscient de manger et être obsessionnel à ce sujet. L'un crée la paix, l'autre crée l'anxiété. Ils semblent similaires, mais ils ne pourraient pas être plus différents.

Lorsque nous sommes en mauvaise santé, en surpoids ou simplement insatisfaits de notre corps, nous avons tendance à concentrer toute notre énergie à repousser les aliments. Mais cette tactique ne fait qu’aggraver la tension et l’anxiété. En embrassant plutôt la nourriture, nous soulageons la tension et sommes capables de rétablir notre relation avec notre nourriture et notre corps. Nous pouvons alors vivre en paix, sans non plus se priver ou trop manger. Finalement.

MISE À JOUR: Cette histoire a été publiée à l'origine le 31 juillet 2013, mais elle était si remarquable que j'ai récemment consulté Kelsey pour voir comment ses habitudes alimentaires conscientes se maintenaient. Elle a depuis continué à ajouter plusieurs habitudes alimentaires et continue à travailler sur son style de santé, mais manger en pleine conscience semble être dans le sac:

Je dirais qu'après un an, il est souvent difficile de ne pas manger de manière consciente. C'est devenu de plus en plus mon défaut. Et j'adore ça !! Remercier. Toi. Darya

Elle reconnaît que manger en pleine conscience peut toujours être difficile dans des situations sociales, mais elle comprend bien que celles-ci sont plus rares dans sa vie et n’ont pas d’impact important sur sa santé globale, alors elle ne s’en préoccupe pas. Elle mange très bien la plupart du temps et c'est tout ce qui compte à long terme.

Félicitations à Kelsey, devenu gastronome, et merci encore de m'avoir permis de partager votre histoire.

4.6
Note utilisateur: 32
5
14
4
4
3
3
2
2
1
1