Liste des médicaments retirés

Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette liste est incomplète; vous pouvez aider en l'étendant.

Les médicaments ou les médicaments peuvent être retirés des marchés commerciaux en raison des risques pour les patients, mais aussi pour des raisons commerciales (par exemple, manque de demande et coûts de production relativement élevés). Lorsque le retrait est dû à des risques ou à des inconvénients, cela a généralement été provoqué par des effets indésirables inattendus qui n'ont pas été détectés lors des essais cliniques de phase III, à savoir des données de surveillance post-commercialisation collectées sur une longue période. .

Cette liste ne se limite pas aux médicaments qui ont déjà été approuvés par la FDA. Certains d'entre eux (le lumiracoxib, le rimonabant, le tolrestat, l'ximélagatran et l'ximélidine, par exemple) ont été approuvés pour être commercialisés en Europe, mais leur commercialisation n'a pas encore été approuvée aux États-Unis. Certains médicaments de cette liste (par exemple, le LSD) n'ont jamais été approuvés pour la commercialisation aux États-Unis ou en Europe.

Retraits importants

Nom de la drogue Retiré Pays Remarques
Adderall XR 2005 Canada Risque d'accident vasculaire cérébral[1] L'interdiction a ensuite été levée parce que le taux de mortalité chez ceux qui prenaient Adderall XR n'était pas supérieur à celui des patients ne prenant pas Adderall.
Alatrofloxacine 2006 À l'échelle mondiale Toxicité hépatique; de graves lésions hépatiques conduisant à une transplantation hépatique; décès.[2]
Alclofenac 1979 Royaume-Uni Vascularite, éruption cutanée.[3]
Alpidem (Ananxyl) 1995 À l'échelle mondiale Non approuvé aux États-Unis, retiré en France en 1994[4] et le reste du marché en 1995 en raison d'une hépatotoxicité rare mais grave.[3][5]
Alosetron (Lotronex) 2000 NOUS Événements indésirables gastro-intestinaux graves; colite ischémique; constipation sévère.[2] Réintroduction de 2002 sur une base restreinte
Althésine (= Alphaxolone amineptine + Alphadolone) 1984 France, Allemagne, Royaume-Uni Anaphylaxie[3]
Amineptine (Survecteur) 1999 France, États-Unis Hépatotoxicité, effets secondaires dermatologiques et potentiel d'abus.[6] Raison:
Aminopyrine 1999 France, thaïlande risque d'agranulocytose; acné sévère.[3]
Amobarbital 1980 Norvège Risque de surdosage[3]
Amoproxan 1970 France Toxicité dermatologique et ophtalmique.[3]
Acétate d'Anagestone 1969 Allemagne Cancérogénicité chez l'animal.[3]
Antrafénine 1984 France Toxicité expérimentale non spécifique.[3]
Aprotinine (Trasylol) 2008 NOUS Risque accru de décès.[2]
Ardeparin (Normiflo) 2001 NOUS Pas pour des raisons de sécurité ou d'efficacité.[7]
Astemizole (Hismanal) 1999 États-Unis, Malaisie, plusieurs marchés non spécifiés Arythmie fatale[2][3]
Azaribine 1976 NOUS Thromboembolie[3]
Bendazac 1993 Espagne Hépatotoxicité.[3]
Benoxaprofène 1982 Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis Insuffisance hépatique et rénale; saignement gastro-intestinal; ulcères.[2][3]
Benzarone 1992 Allemagne Hépatite.[3]
Benziodarone 1964 France, royaume-uni Jaunisse.[3]
Bêta-éthoxy-lacétanilanide 1986 Allemagne Toxicité rénale, cancérogénicité chez l'animal.[3]
Bezitramide 2004 Pays-Bas Risque de surdose mortelle[8]
Bithionol 1967 NOUS Toxicité dermatologique.[3]
Broazolam 1989 Royaume-Uni Cancérogénicité chez l'animal.[3]
Bromfenac 1998 NOUS Hépatite sévère et insuffisance hépatique (certaines nécessitant une transplantation).[2]
Bucetin 1986 Allemagne Dommages rénaux[3]
Buformine 1978 Allemagne Toxicité métabolique[3]
Bunamiodyl 1963 Canada, Royaume-Uni, États-Unis Néphropathie.[9]
Butamben (Efocaine) (Butoforme) 1964 NOUS Toxicité dermatologique; Réactions psychiatriques.[3]
Canrenone 1986 Allemagne Cancérogénicité chez l'animal.[3]
Cerivastatine (Baycol, Lipobay) 2001 NOUS Risque de rhabdomyolyse[2]
Chlormadinone (Chlormenadione) 1970 Royaume-Uni, États-Unis Cancérogénicité chez l'animal.[3]
Chlormezanone (Trancopal) 1996 Union européenne, États-Unis, Afrique du Sud, Japon Hépatotoxicité et syndrome de Steven-Johnson [3]
Chlorphentermine 1969 Allemagne Toxicité cardiovasculaire.[3]
Cianidanol 1985 France, Allemagne, Espagne, Suède L'anémie hémolytique.[3]
Cinepazide 1988 Espagne Agranulocytose.[10][11]
Cisapride (Propulsid) 2000 NOUS Risque d'arythmie cardiaque fatale[2]
Clioquinol 1973 France, Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis Neurotoxicité[3]
Clobutinol 2007 Allemagne Arythmie ventriculaire, allongement de l'intervalle QT.[12]
Cloforex 1969 Allemagne Toxicité cardiovasculaire[3]
Clomacron 1982 Royaume-Uni Hépatotoxicité.[3]
Clométacine 1987 France Hépatotoxicité.[3]
Co-proxamol (distalgésique) 2004 Royaume-Uni Risque de surdosage
Cyclobarbital 1980 Norvège Risque de surdosage[3]
Cyclofénil 1987 France Hépatotoxicité.[3]
Dantron 1963 Canada, Royaume-Uni, États-Unis Mutagène.[13] retiré de l'usage général au Royaume-Uni mais autorisé chez les patients en phase terminale
Dexfenfluramine 1997 Union européenne, Royaume-Uni, États-Unis Cardiotoxique[3]
Propoxyphène (Darvocet / Darvon) 2010 À l'échelle mondiale Risque accru de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux.[14]
Diacétoxydiphénolisatine 1971 Australie Hépatotoxicité.[3]
Diéthylstilbestrol Années 1970 NOUS Carcinogène
Difemerine 1986 Allemagne Toxicité multi-organes.[3]
Dihydrostreptomycine 1970 NOUS Réaction neuropsychiatrique.[3]
Dilevalol 1990 Royaume-Uni Hépatotoxicité.[3]
Dimazole (Diamthazole) 1972 France, États-Unis Réaction neuropsychiatrique.[3]
Diméthylamylamine (DMAA) 1983 NOUS Volontairement retiré du marché par Lily.[15]:12 Réintroduit comme complément alimentaire en 2006;[15]:13 et en 2013, la FDA a commencé à travailler pour l'interdire en raison de problèmes cardiovasculaires[16]
Dinoprostone 1990 Royaume-Uni Hypotonus utérin, détresse fœtale.[3]
Dipyrone (Metamizole) 1975 Royaume-Uni, États-Unis, autres Agranulocytose, réactions anaphylactiques.[3]
Dithiazanine iodure 1964 France, États-Unis Réaction cardiovasculaire et métabolique.[3]
Dofétilide 2004 Allemagne Interactions médicamenteuses, QT prolongé.[12]
Drotrecogin alfa (Xigris) 2011 À l'échelle mondiale Manque d'efficacité, comme le montre l'étude PROWESS-SHOCK[17][18][19]
Ebrotidine 1998 Espagne Hépatotoxicité.[3]
Efalizumab (Raptiva) 2009 Allemagne Retiré en raison d'un risque accru de leucoencéphalopathie multifocale progressive[12]
Encainide 1991 Royaume-Uni, États-Unis Arythmies ventriculaires.[2][3]
Ethyl carbamate 1963 Canada, Royaume-Uni, États-Unis, Cancérogénicité.[20]
Etretinate 1989 France Retiré États-Unis (1999). Risque de malformations congénitales.[2][3]
Exifone 1989 France Hépatotoxicité.[3]
Fen-phen (combinaison populaire de fenfluramine et de phentermine) 1997 Cardiotoxicité
Fenclofénac 1984 Royaume-Uni Réactions cutanées cancérogénicité chez l'animal.[3]
Acide fenclozique 1970 Royaume-Uni, États-Unis Hépatotoxicité.[3]
Fenfluramine 1997 Union européenne, Royaume-Uni, États-Unis, Inde, Afrique du Sud, autres Maladie cardiaque valvulaire, hypertension pulmonaire, fibrose cardiaque.[3][21]
Fenoterol 1990 Nouvelle-Zélande Mortalité due à l'asthme[3]
Feprazone 1984 Allemagne, Royaume-Uni Réaction cutanée, toxicité multiorganique.[3]
Fipexide 1991 France Hépatotoxicité.[3]
Flosequinan (Manoplax) 1993 Royaume-Uni, États-Unis Augmentation de la mortalité à des doses plus élevées; augmentation des hospitalisations.[2][3]
Flunitrazépam 1991 France Abuser de.[3]
Flupirtine 2018 Union européenne Toxicité hépatique.[22]
Gatifloxacine 2006 NOUS Risque accru de dysglycémie.[2]
Gemtuzumab ozogamicine (Mylotarg) 2010 NOUS Aucune amélioration du bénéfice clinique risque de mort.[2]
Glafenine 1984 France, Allemagne Anaphylaxie[3]
Grepafloxacine (Raxar) 1999 Retiré Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis autres Repolarisation cardiaque; Allongement de l'intervalle QT.[2]
Hydromorphone (Palladone, version à libération prolongée) 2005 Risque élevé de surdosage accidentel lorsque la version à libération prolongée (Palladone) est administrée avec de l'alcool. L’hydromorphone standard est vendu dans la plupart des pays, y compris aux États-Unis.
Ibufenac 1968 Royaume-Uni Hépatotoxicité, jaunisse.[3]
Indalpine 1985 France Agranulocytose.[3]
Indoprofen 1983 Allemagne, Espagne, Royaume-Uni Cancérogénicité chez l'animal, toxicité gastro-intestinale.[3]
Caséine iodée strophantin 1964 NOUS Réaction métabolique[3]
Iproniazide 1964 Canada Interactions avec des produits alimentaires contenant de la tyrosine.[23]
Phosphate d'isaxonine 1984 France Hépatotoxicité.[3]
Isoxicam 1983 France, Allemagne, Espagne, autres Syndrome de Stevens johnson.[3]
Kava Kava 2002 Allemagne Hépatotoxicité.[12]
Kétorolac 1993 France, Allemagne, autres Hémorragie, insuffisance rénale.[3]
L-tryptophane 1989 Allemagne, Royaume-Uni Syndrome de myalgie éosinophilique.[3] Toujours vendu aux États-Unis
Levamisole (Ergamisol) 1999 NOUS Toujours utilisé comme médicament vétérinaire et comme antihelminthique humain sur de nombreux marchés; figurant sur la liste des médicaments essentiels de l'OMS. Chez l'homme, il a été utilisé pour traiter le mélanome avant son retrait pour agranulocytose.[24][25][26]
Acétate de lévométhadyle 2003 NOUS Arythmies cardiaques et arrêt cardiaque.[2]
Lumiracoxib (Prexige) 2007–2008 À l'échelle mondiale Dommages au foie
Diéthylamide d'acide lysergique (LSD) Années 1950-1960 Commercialisé comme un médicament psychiatrique; retiré après avoir été largement utilisé à des fins récréatives. Maintenant illégal dans la plupart des pays.
Mébanazine 1975 Royaume-Uni Hépatotoxicité, interaction médicamenteuse.[3]
Methandrostenolone 1982 France, Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, autres Abus hors étiquette.[3]
Methapyrilene 1979 Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis Cancérogénicité chez l'animal.[3]
Méthaqualone 1984 Afrique du Sud (1971), Inde (1984), Nations Unies (1971-1988) Retiré en raison du risque de dépendance et de surdose[27][28]
Metipranolol 1990 Royaume-Uni, autres Uvéite[3]
Metofoline 1965 NOUS Toxicité expérimentale non spécifique.[3]
Mibefradil 1998 Union européenne, Malaisie, États-Unis, autres
4.5
Note utilisateur: 36
5
13
4
4
3
1
2
3
1
0